06 78 91 81 22 letybatisseur@gmail.com

Maçonnerie

du Bâti ancien

On définit ou plutôt qualifie de « bâti ancien » les bâtiments construits avant 1948.  Cette construction qu’elle soit un habitat rural, un  bâtiment agricole ou autre,  est  le plus souvent construite en pierre de pays que l’on nomme moellons.

Le Bâti ancien, connaissances et diagnotic :

Concrètement, il s’agit d’un bâtiment construit à partir de matériaux naturels, rarement transformés, le plus couramment trouvés dans un périmètre proche. Ce type de bâtiment se retrouve dans les centres des villages souvent autour des églises ou monuments anciens, constitué de murs en pierres de pays.

Ces bâtiments présentent de nombreux avantages et inconvénients :

Permettent de créer une inertie naturelle

Bénéficier des qualités thermiques et hydriques naturelles

Désordres liés à la présence d'eau

Les tassement différentiels :

  • Poussées horizontales
  • Mécanismes de fissuration
  • Perte de matière

Ces pathologies dans le bâti ancien sont bien connues et ont couramment pour origine le remaniement de certaines pièces, l’agrandissement de surfaces vitrées ou l’ajout d’enduits étanches sur des murs extérieurs.

Le Bâti ancien, comportement hygrométrique des parois et du sol :

Dans le cas du bâti ancien, ce dernier critère revêt une importance toute particulière. En effet, d’une manière générale, les parois anciennes sont composées de matériaux dits « sensibles » à l’humidité (moellons, terre crue, terre cuite, bois,…), permettant des transferts hydriques (sous forme de vapeur ou sous forme liquide) entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.

Ces bâtiment présentes de nombreuses pathologies dues à la migration d’eau :

Altération, gonflement, dégradation et décollement des revêtements.

Apparition d'efflorescences sur les murs.

Pourrissement des bois en contact avec les murs (planchers bois, colombages).

Moisissures et, à l'extrême, développement de champignons lignivores: mérule…

Qualité d'air malsaine, odeur de moisi, impact sur la santé.

Sensation de froid, impossibilité d'obtenir un résultat thermique satisfaisant.

Dégradation de l'isolation thermique.

Le choix des isolants dans le Bâti ancien :

Le Bâti ancien se différencie très nettement  des constructions modernes. En effet, le comportement thermique du bâti ancien se différencie par une conception plus ouverte à l’étanchéité à l’air. Le bâti ancien est ainsi très différent par rapport à la conception des nouveaux habitats modernes qui sont eux beaucoup plus étanche à l’air, à l’eau et ventilés artificiellement que ce qui est préconisé dans le bâti ancien. On pourrait le qualifier de milieu ouvert. »

Le bâti ancien a été le plus souvent construit sur des éléments naturels favorables à sa destination première.  Ces différents types de sites permettent souvent à la construction en pierre de gérer naturellement  son air, sa température et sa vapeur d’eau intérieurs.  Une différence essentielle entre l’habitat moderne type maison individuelle et le bâti ancien plus souvent construit en pierre dans notre région.  C’est son inertie très lourde et la microporosité présente sur et dans les murs. Les propriétés thermiques et hydriques des murs en moellons sont très différentes en été comme en hiver et sont souvent méconnues du public.  Il convient donc de préserver ces caractéristiques techniques propres à sa construction afin d’établir un équilibre sain au niveau de son habitat.

L’hétérogénéité des matériaux dans la construction des bâtiments en moellons rend la tâche du diagnostic difficile. Une des raisons principales est de définir les liants utilisés à la construction du bâti. Ils peuvent être très de différentes natures telles que  les mortiers hourdis à la terre ou le mortier de chaux. Le comportement de ces murs va donc être sensiblement différent selon le mortier d’appareillage utilisé. La qualité des moellons va aussi déterminer son comportement thermique tout au long de l’année.

De plus la qualité des maçonneries et de son appareillage va permettre d’estimer la présence de vides d’air dans son appareillage global. Cet élément visuel va ainsi nous  indiquer plus solidement la sensibilité aux échanges thermiques et hydriques. L’isolation des murs n’est donc pas toujours une question évidente mais une question primordiale à l’amélioration du confort de vie de l’habitat. Il faut donc adapter l’isolant aux parois du bâti. L’isolant choisi devra permettre de garantir les propriétés d’inerties des murs en moellons et la perméabilité à la vapeur d’eau.

Une question ? Un projet ?

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de votre demande d'informations et de la relation commerciale qui peut en découler.